« Si on ne ramasse pas les déchets, qui va s’en occuper ?»

0
Samedi 30 septembre, des habitants d’Orly Parc, à La Verrière (78) ont passé leur matinée à nettoyer les espaces verts de la cité afin de sensibiliser les habitants à la protection de l’environnement.
Cachée par un épais buisson, Sandra enceinte jusqu’au cou ramasse une canette de bière vide à l’aide d’une pince attrape-tout. Sa fille lui tend aussitôt un large sac vert pour récolter la trouvaille. Sandra est une jolie femme noire d’une trentaine d’années, ses cheveux dissimulés par un foulard bleu turquoise mettent en valeur son visage aux traits délicats. « Je n’ai pas besoin d’invitation pour être invitée », affirme-t-elle d’une voix calme et confiante.
Habitante du Bois de l’Étang, à La Verrière (78) cette maman, investie dans le milieu associatif, a décidé de venir ramasser les déchets d’Orly Parc. Un quartier se trouvant géographiquement à l’opposé du sien. « Je trouve que l’action est belle, on n’a pas besoin d’être du quartier pour se sentir concernée. » Les liens entre les deux parties de la ville ne sont pas fréquents, voire nuls. D’ailleurs, les affiches indiquant l’opération de nettoyage étaient toutes placardées sur les portes d’entrée des immeubles d’Orly Parc. Qu’importe, Sandra s’est déplacée pour sa ville. Un groupe de trois personnes vivant dans le coin la salue et la félicite pour son action. Pourtant aucun ne s’arrête pour lui prêter main-forte. Sandra leur répond d’un léger sourire dont on comprend rapidement l’amertume. La canette de bière qu’elle vient de ramasser près de l’aire de jeux pour enfants est l’affaire de tous. La poubelle n’est qu’à quelques pas. Elle n’est plus étonnée par ces comportements.
À l’autre bout de la cité, Marylène la cinquantaine grisonnante et active, marche d’un pas décidé vers une bouche métallique vomissant des détritus. Une fillette et son petit-frère l’accompagnent. Chacun se présente en marchant ; chacun muni de gants, d’un dossard et d’un grand sac plastique. « Qui fait la poubelle pour les verres, qui fait celle pour le carton et qui fait celle pour le tout-venant » interroge Marylène une fois autour de la poubelle. Cette membre du Collectif des locataires du quartier d’Orly Parc (CLOP) a lancé l’initiative.
C’est la première fois qu’une telle expérience est tentée dans les cités proches de la gare SNCF. « C’est une manière de se réapproprier l’espace et de sensibiliser les gens » explique cette femme qui se dit concernée par la protection de l’environnement. Marylène adore organiser et semble douée pour ça. Quelques minutes plus tôt, elle était devant le cabinet des médecins au centre commercial, en train de distribuer l’équipement. Sous son commandement, les équipes se sont vite formées et ont été prêtes à commencer rapidement avec enthousiasme. Des « On veut protéger la nature » et des « on aime la nature » se faisant entendre par-ci par-là. Quand on mentionne à Marylène que c’est à la ville d’entretenir ses espaces, elle répond : « C’est la responsabilité des citoyens d’abord. C’est eux qui salissent. » Discours un peu convenu, mais qui n’empêche pas Marylène d’avoir conscience des faiblesses des pouvoirs publics. « La ville a lancé le projet J’embellis ma ville, mais on s’est dit qu’avant de l’embellir il fallait la nettoyer. Plutôt que d’attendre, on s’est dit lançons-nous. »
Non loin de là, une autre équipe formée de Véronique, Yanis et Aboubacar fouillent les haies sous les fenêtres des immeubles. Les pieds dans l’herbe humide sous le soleil timide, on les entend de loin. « J’ai trouvé un rasoir, j’en fais quoi ? » Des vêtements, des jouets, des bouteilles. Il y a boire et à manger au pied des immeubles. Yanis, adolescent à la peau mate et au regard vif, ne se décourage pas et remplit sa poubelle consciencieusement. « Je pense que c’est important de ramasser les déchets. Si on ne le fait pas, qui va s’en occuper » interroge le garçon. Sur une vingtaine de participants, la moitié sont des enfants.
Habitués à ce genre d’initiative avec leurs écoles, ils participent volontiers pour montrer le bon exemple. Haut comme trois pommes Aboubacar, habillé d’un survêtement bleu marine, a l’air sérieux. On ne blague pas avec l’environnement. « Si on ne ramasse pas les ordures, ça pollue » dit-il laconiquement. Simple et efficace. Véronique qui les encadre pour la matinée les regarde fièrement. Pourtant, elle doute que la sensibilisation soit efficace. Pour elle, ce ne sont pas les enfants le problème, mais les adultes. « C’est triste, mais c’est toute une éducation à faire pour les adultes et je pense que la verbalisation pourrait mieux fonctionner. »
Il est vrai que ce nettoyage des espaces verts, bien que louable, est un coup d’épée dans l’eau. Au final seules les personnes se sentant déjà concernées se sont mobilisées et demain les déchets s’amoncelleront de nouveau. La ville tente donc de mettre en avant les initiatives comme celle-ci pour sensibiliser le reste de la population. Des clichés du nettoyage seront affichés sur trois panneaux lors d’une pièce de théâtre jouée au centre commercial d’Orly Parc le 14 octobre. Organisé par la mairie, ce spectacle s’intitulant le 7e continent vise à faire prendre conscience de la pollution à la population.
Cindy Massoteau
Partager sur :

Infos de l'auteur

Cindy Massoteau

Salut à tous, moi c’est Cindy, « Dyce » ou « le soleil de la marmite » pour les intimes. Et oui, je suis chroniqueuse à Marmite.FM. J’adore le théâtre et le ciné, j’ai d’ailleurs un blog relatant ces passions : CSTV.fr. Côté étude, j’ai un master d’histoire et une licence d’anglais.