« Le CPE c’est en même temps le père Fouettard et le père Noël »

0

Paul et Bastien ont voulu savoir à quoi servait un CPE, Conseiller Principal d’Éducation. Ils sont allés à la rencontre de M. Boudjema, CPE du Collège A. Dumas à Maurepas dans les Yvelines (78).

« Le CPE c’est en même temps le père Fouettard et le père Noël », annonce en riant Mohamed Boudjema quand on lui demande de définir le métier de CPE. Interrogé à l’occasion d’une récréation, il nous a ensuite reçus dans un grand bureau. Être Conseiller d’Éducation, c’est « aider les élèves et punir ceux qui font des bêtises ». Il fait remarquer qu’aider est un devoir alors que punir est une obligation. Avant de faire ce métier, il a fait un bac +5 avec concours puis serait devenu ingénieur commercial. Il était formateur sur des logiciels de commerce, comptabilité et après‐vente, et créateur de documentation. Il raconte ensuite avec un petit rire : « Cela fait 25 ans maintenant que je fais ce métier », 7 ans à Trappes et 18 à Maurepas.

S’il fait ce métier c’est « pour voir et favoriser la réussite des élèves en instaurant une ambiance sereine de travail pour, justement, permettre la réussite des élèves. » Pour faire ce métier, il faut, dit‐il, posséder les qualités suivantes : patience, tolérance, rigueur, objectivité et indulgence. Tous les jours il est sur le terrain, circule dans les couloirs, la cour de récré et pour les punitions, dit‐il, « il faut individualiser les punitions et les sanctions en fonction de la bêtise. » De cette interview, nous collégiens, avons retenu que le CPE n’est pas juste quelqu’un qui met des punitions et qui crie, mais quelqu’un qui veut mettre les élèves dans un bon cadre de travail pour qu’ils réussissent. « Il faut prendre de la distance avec les choses et ne pas tout prendre au sérieux », sourit‐il.

Il fait souvent remarquer que les élèves ont du mal à venir pour obtenir de l’aide, des renseignements, des indications, mais les élèves ont plus « de facilité à venir » pour se prendre des sanctions malheureusement. La plupart du temps, quand quelqu’un pense CPE, c’est : « directeur de l’établissement », « une personne qui crie dans les couloirs à tout vent » et souvent on se dit alors que c’est sans raison aucune. Mais notre CPE a beaucoup d’humour, pas toujours facile à mettre en avant pour lui car cela peut nuire à son autorité. Certains élèves lui manquent souvent de respect, mais ce n’est pas pour autant qu’ils ne réussiront pas demain. « 99% des élèves qui sont dans ce collège réussiront ; peu importe leur futur travail, s’ils gagnent beaucoup ou peu d’argent. Tout ce qui compte c’est que ces élèves se plairont dans ce qu’ils feront plus tard ». Il conclut par : « Ce n’est pas parce qu’un élève travaille mal, à l’école, au collège ou au lycée, qu’il ne peut pas réussir plus tard dans sa vie d’adulte. Il faut toujours aller de l’avant et faire ce qui semble être juste pour nous ».

Paul et Bastien, élèves de 4ième au collège Alexandre Dumas, Maurepas (78)

Partager sur :

Infos de l'auteur