« Cinquante centimes le ticket de bus, ce serait beaucoup mieux »

0

Clara a rencontré quelques fraudeurs dans les transports à Trappes. La première des raisons évoquées reste celle du coût des transports.

« Il y a plus de gens qui fraudent que de gens qui paient leur ticket » constate Lican, 18 ans. Lui dispose d’une carte Navigo, mais comprend ceux qui n’en ont pas : « Ils devraient la mettre beaucoup moins cher, beaucoup plus de gens l’achèteraient ». Le tarif de la carte Navigo n’est pas le seul problème, estime Adrien, Trappiste de 18 ans, qui ne dispose pas de carte Navigo, et fraude de temps en temps le bus : « Les tickets de bus sont très chers, surtout que ça augmente constamment alors que le prix des tickets était très bien avant, quand ils étaient proches des 1€». Aline*, une quadragénaire de Trappes, assise sur un des bancs de son square, confirme : « Je ne fais que 5 arrêts de bus et je trouve que 2 € le ticket, c’est trop cher ». Chaque matin elle prend le bus pour se rendre à son travail dans Trappes et chaque soir, elle prend le bus pour rentrer chez elle. « Je fraude le bus, avoue-t-elle, parce que je ne vois jamais les contrôleurs et je n’ai pas les moyens ». Face aux tickets de bus qui coûte 2 € l’unité [tarif du ticket à bord], soit plus de 80 euros par mois, elle pourrait opter pour une carte Navigo à 75,20€ par mois, ou bien encore pour un carnet de 10 tickets vendu 14,90 €. Mais elle ne peut pas se le permettre, « je ne fais pas assez d’arrêts pour me prendre une carte Navigo. Et presque 15 € le carnet de bus, c’est largement trop cher ».

Kenza, 16 ans, jeune Trappiste, prend le bus les weeks-ends pour sortir avec ses amis. « Autour de moi, personne ne fraude puisqu’ils ont tous une carte Navigo. Moi, je ne l’ai pas, car mes parents pensent que je n’en ai pas besoin. Deux euros ce n’est pas si cher que ça si on fait des longs trajets comme Trappes-Versailles en prenant le 401 qui est direct. Mais pour des trajets courts, c’est beaucoup trop cher », explique-t-elle, dans le bus. « Quand j’ai de l’argent sur moi, je préfère le garder pour m’acheter des choses, et j’ai la chance de ne jamais voir les contrôleurs ». Mais la chance n’a pas toujours été avec Kenza. Un jour, elle fait la rencontre de deux contrôleurs « sur le chemin du retour, j’ai pris le bus avec une amie malgré mon mauvais pressentiment. Et mon mauvais pressentiment avait raison parce que je suis tombée sur les contrôleurs ». Un peu gênée, elle raconte : « Ils m’ont posé des questions sur mon nom, mon âge, mon adresse. Par réflexe, j’ai donné des informations fausses, qu’ils ont remarquées. Du coup j’ai donné les vraies informations ». Écœurée du montant de l’amende, 150 €, elle détaille : « J’ai eu une amende pour le ticket que je n’ai pas mis, une autre pour les frais de dossier et une autre parce que je mangeais ma glace que je n’avais pas finie ». Ses parents n’ont pas payé l’amende. Ils n’ont reçu qu’une seule relance, leur expliquant que l’amende de 150 € était passée à 250 €.

Lican a lui aussi a croisé les contrôleurs, le jour où il avait oublié son Pass navigo. « J’avais 16 ans, le contrôleur me demande 50 € et me dit de payer mon amende maintenant, sinon elle allait augmenter. Sauf que je n’avais déjà pas de quoi payer mon ticket ». « C’est une habitude, j’ai toujours fraudé, mais jamais en dehors de Trappes », relate Aline en mettant en évidence l’absence des contrôleurs à Trappes. La plupart des trappistes ne voient pas souvent les contrôleurs à Trappes, ce qui encourage Aline de ne pas payer son ticket plein tarif. Si elle paie son ticket quand elle se rend sur Saint-Quentin ou Maurepas, c’est avec la carte famille nombreuse. « Il m’arrive de payer un carnet de bus avec la carte de famille nombreuse quand il me faut absolument des tickets ». Cette carte permet aux familles ayant au moins 3 enfants d’obtenir des réductions sur les voyages en train et les carnets de bus. Elle confie qu’elle fraude à moitié, car elle n’a plus le droit à la carte famille nombreuse, n’ayant à sa charge plus que deux enfants. Un jour, la chance lui a évité une amende : « J’ ai vu une fois les contrôleurs, là, j’ai stressé, mais ils ne sont pas montés ». Tout comme Kenza, elle n’a eu qu’une seule amende qu’elle n’a pas payée et n’a reçu aucune relance. Même chose pour ses enfants, témoigne-t-elle. « Je ne vois jamais les contrôleurs que ce soit à Trappes, Maurepas, peut être à Saint-Quentin, mais cela reste rare ».

Adrien, comme les autres a déjà eu une amende élevée : « J’ai eu une amende de 100 €, 70 € plus 30 € de frais de dossier si tu ne peux pas payer tout de suite ». Ne comprenant pas la logique des frais de dossier, avec de l’incompréhension, il poursuit : « Mais si tu n’as pas de quoi acheter un ticket t’auras pas de quoi payer cash 70 € ». Adrien dit compter arrêter de frauder quand les transports seront moins chers, voire gratuits, pourtant, il ajoute « si j’ai de l’argent, je n’aurais plus de raison de frauder, je prendrais certainement un Pass navigo ». Aline, les yeux rivés au ciel en a marre des tarifs des tickets de bus qui ne font que d’augmenter. « J’arrêterais de frauder quand le bus sera moins cher ». Elle explique son système idéal : « 50 centimes le ticket de bus, ce serait beaucoup mieux. Ou bien ils devraient mettre le tarif des tickets en fonction du nombre d’arrêts ». Quant à Lican, il ne sait pas s’il paiera sa carte Navigo quand ses parents ne la lui paieront plus puisque selon lui : « C’est plus rentable de frauder et de payer tout de suite son amende si on se fait contrôler que de payer son ticket de transport tous les jours ». Avec le sentiment d’injustice face à ces fortes amendes et d’incompréhension face aux tarifs dans les transports, il conclut :« Si les tickets étaient moins chers, les gens arrêteraient de frauder ».

Clara Roy

*Le nom a été modifié

Partager sur :

Infos de l'auteur