Ma cité a craquelé

0

A la Verrière, dans le quartier du bois de l’étang, en plein mois de ramadan, plusieurs mortiers (petites bombes artisanales) ont explosé dans la nuit du mercredi 15 juin, puis les nuits suivantes. Ces explosions font suite à l’interpellation d’un homme d’une vingtaine d’année accusé de trafic de drogue, et de sa maman, accusée d’avoir insulté les forces de l’ordre. Pour se venger de cette intervention musclée un groupe de jeunes a fait trembler le quartier…

Suite à ces événements, les choses avaient tendance à s’envenimer. Des voitures ont brûlé et de nouveaux logements construits à proximité du quartier ont été caillassés. De ce fait, une réunion fut organisée, par sms, le dimanche 19 juin à 14h30 à la mosquée de la Verrière. La mosquée a accueilli une cinquantaine de personnes, pour la plupart des musulmans venus tenter de trouver une solution à l’agitation qui s’est propagée dans quartier, et qui n’a toujours pas trouvé d’issue. Aucun des jeunes en question n’était présent, bien qu’ils côtoient la mosquée de temps à autre.

En début de réunion, un membre de l’association des musulmans de La Verrière, la quarantaine, a pris longuement la parole en expliquant en introduction, qu’étant donné le contexte, la mosquée a décidé de réagir en menant diverses actions, en accord aussi bien avec le Collectif des locataires du bois de l’étang qu’avec l’association des musulmans de La Verrière. Pourtant, il insiste sur l’importance du soutien populaire.  tout le monde doit être là, tout le monde doit prendre ses responsabilités à son niveau. Le citoyen, quelle que soit sa religion, mais aussi chaque musulman, dont une des obligations est de s’impliquer dans la vie de son quartier. »

Le responsable associatif propose alors un plan d’action. Selon lui, personne ne doit essayer de résoudre cette situation seul. Il faut une approche collective et organisée. Lapremière étape consisterait à former un groupe composé de personnes reconnues compétentes, (éducateur, animateur ou individu respecté par les jeunes), qui seraient alors désignées pour parler aux jeunes, afin comprendre leurs problèmes et leurs revendications, et afin de tenter de trouver un moyen de calmer leur mécontentement. Ces jeunes, nombreux dans l’assemblée sont ceux qui les connaissent. Ils ont entre 16 et 20 ans, et certains ont un travail, notamment en tant que VTC. Certains ont déjà exprimé le besoin d’avoir un local pour fumer la chicha. Une demande à la mairie sera lancée dans la foulée. Et on demandera que des postes de médiateurs soient financés par les bailleurs. Mais il convient par ailleurs d’assurer la sécurité dans le quartier, en organisant des rondes de nuit pour sécuriser le quartier et empêcher que ce groupe de jeunes ne passe une nouvelle fois à l’action.

L’idée générale est tout de même qu’il convient de régler ce problème au sein du quartier. “on veut éviter au maximum l’intervention de la police” rappelle le maître de cérémonie, afin d’éviter les risques de conflits, relayé en cela par un autre membre de l’assemblée ” ce sont nos frères”.

Pourtant, quand la parole est donnée au public, le ton change. Certains proposent d’utiliser des moyens plus radicaux, la parole ayant déjà été utilisée sans résultat probant. Le responsable associatif en charge de la réunion tentera de dissuader d’arriver à ce genre de solution. La colère est à son comble, le débat devient animé, s’éloignant parfois un peu du sujet. Puis les choses s’apaisent et la réunion touche à sa fin. Mais les échanges perdurèrent à l’extérieur de la mosquée entre petits groupes de participants motivés.

Ce genre d’initiative est bénéfique à la vie du quartier dans la mesure où elle permet aux différentes générations de se mélanger, de s’approprier les différentes thématiques du quartier et de favoriser ainsi la paix et la cohésion sociale. En effet, depuis quelques années les habitants de La Verrière, et plus particulièrement ceux du bois de l’étang, se sentent de plus en plus concernés par les questions politiques de leur ville, notamment depuis la construction de la mosquée mais aussi avec le projet de rénovation urbaine qui va toucher La Verrière ces prochaines années.

Partager sur :

Infos de l'auteur

Makan Fofana

Habitant du quartier du Bois de l'Etang à La Verrière, ancien étudiant à la Sorbonne Nouvelle en Licence Langue Littérature et civilisation, écrivain à mes heures perdues, amateur de philosophie, de spiritualité et du monde de l'entreprise. A travers ce blog je souhaite favoriser de nouvelles initiatives dans le quartier.