Straight Outta Epinay-sur-Seine to Miami FC

0

Mercredi 15 et jeudi 16 février, dans le cadre de journées de détection organisée par le FC Miami City à Epinay-sur-Seine, des centaines de jeunes venus de toute l’île de France, et certains de l’étranger étaient venus décrocher leur ticket d’or pour “Mayami”


Qui pense à Miami sans penser à Booba ? Il en a fait son QG, sa terre d’accueil. Il a d’ailleurs sponsorisé l’événement. C’est peut-être pour cela qu’il y avait autant de monde. Et pourtant, les participants sont dans une toute autre démarche que celle de fuir la France pour célébrer les États-Unis. Ils veulent simplement vivre de leur passion. Une première journée de sélection réunissait tous les candidats alors qu’un second tour était organisé le lendemain. 3 matchs de 30 minutes chacun, 1h30 pour devenir le prochain Bandian.

Le football, c’est aussi une culture, un style. Ce mercredi-là, les joueurs sont sur leur “42”. Un code différent de celui de la célèbre école d’informatique de Xavier Niel, mais un objectif semblable : faire la diff. Coupe de cheveux dégradée “frais”, teinture, barbe et moustache bien taillée, survêtement près du corps assorti au reste de la tenue : “De vrais monuments vivants !” Le temps est idéal. Ce matin-là pointent la douceur du printemps et les lueurs de l’allégresse. Le terrain synthétique est en bon état. Proches, famille des joueurs sont présents, ils soutiennent calmement les prétendants. Des sœurs, des mamans et des petites amies. “le football se joue à 11 et se gagne à 12”. C’est ce qu’on dit dans le monde du football.

Mohib, 23 ans vit dans le 13e arrondissement, actuellement animateur et éducateur. Il joue en CFA 2 (5ème division) à Noisy Le Sec. ” Donald Trump ? Je ne sais même pas, c’est qui !”. Trump il s’en cogne, ce qui compte pour lui, c’est de joueur au football, il veut tenter ça chance. Mohib est décontracté et audacieux, il a confiance en son football. D’ailleurs, il réussira à mettre un but du milieu de terrain…Oklm. Comme lui, les prétendants montrent leur plus beau football : virgule, passe en profondeur, transversale. Chaque candidat à l’investiture devra faire campagne sur le terrain. Celui qu’il faudra convaincre, ce sont eux : l’énergique entraîneur général du FC Miami City et ses collaborateurs : Wagneau Eloi. Lui, c’est un ancien joueur professionnel qui a notamment joué pour l’AS Monaco et le RC Lens. Il est accompagné par son encadrement. Mais c’est lui le patron. Sa voix gronde, il se fait entendre et cherche à tirer le meilleur des joueurs ” L’organisation est un peu longue, mais c’est pour permettre à chaque joueur d’exprimer tout son potentiel”. Malgré toute cette bienveillance, il n’hésite pas à remettre les choses au clair quand il le faut lorsqu’il voit des joueurs arriver en retard. “Le retardataire, il commence le match sur le banc”. Tout le monde le sait, devenir un sportif de haut niveau est un combat de tous les instants. Combat que les jeunes du quartier se disent prêts à conduire. Mais à quel prix ?

Une journée auparavant le Paris-Saint-Germain avait battu en Ligue des Champion le légendaire FC Barcelone 4 à 0. Du coup le moral des joueurs était au beau fixe. Comme dans le jeu Fifa lorsqu’une équipe enchaîne les victoires, il devient difficile d’en arrêter certains. Et pourtant, le public, les prétendants et l’équipe de sécurité tous étaient très calmes. Ils donnent l’impression de participer à un récital de danse pendant lequel il ne faut pas déconcentrer les acteurs. Les joueurs sont extrêmement concentrés, tendus. Il n’y a pas de cris de guerre, pas d’applaudissements. Loin des grands stades de Ligue 1 chacun examine, analyse son adversaire, ses forces et ses faiblesses. Nombreux sont les aspirants, peu seront les élus. Ça n’empêche pas les joueurs de prendre du plaisir et de commenter leurs exploits individuels. Un joueur observe le match depuis le banc de touche et s’enflamme ” un moment, je t’ai vu gros, tu mettais des coups de vitesse de dingue sur le téco ! “.

Des joueurs se perdent en conjectures sur la détection : ” qui sera pris, comment et pourquoi ?”. Des questions plus profondes devraient se poser, mais elles ne semblent pas traverser l’esprit de tous les joueurs : le type de contrat, le salaire, les moyens d’arriver en Major League Soccer ? (l’équivalent de la Ligue 1 Française). Les prétendants interrogés ne savent pas vraiment ce qui les attend aux Etats-Unis. Mais peu importe, on leur offre une chance de vivre de leur passion dans un championnat en voie de développement, sans réclamer l’équivalent du CV du footballeur pour rentrer dans une grande entreprise. Jonathan 25 ans alias “Pagbo” car il joue au même poste que Paul Pogba, joue sans crainte. Son âge avancé dans le monde du football ne l’arrête pas, il croit toujours en ses chances de vivre du football : ” un homme qui ne rêve plus est un homme mort.” Après son premier match, je demande à Jonathan comment il se sent : ” je me sens bien, sans pression particulière. On verra comment ça va se passer par la suite.” Au final sur cette journée, sur la cinquantaine de prétendants, 3 joueurs seulement seront sélectionnés. Encore plus difficile qu’entrer à Science Po…

Partager sur :

Infos de l'auteur

Makan Fofana

Habitant du quartier du Bois de l'Etang à La Verrière, ancien étudiant à la Sorbonne Nouvelle en Licence Langue Littérature et civilisation, écrivain à mes heures perdues, amateur de philosophie, de spiritualité et du monde de l'entreprise. A travers ce blog je souhaite favoriser de nouvelles initiatives dans le quartier.