Résidence Jeunes Travailleurs du Vélodrome : Un lieu de passage et de rencontre à Montigny-le-Bretonneux

0

Des jeunes Yvelinois aux jeunes étrangers en passant par des jeunes Français de tous les coins de France, le Résidence Jeunes Travailleurs (RJT) du Vélodrome est un lieux où chacun passe et se rencontre. Et forge parfois des amitiés…

C’est à Montigny-le-Bretonneux, dans le quartier du vélodrome national que l’Association de Logement des Jeunes Travailleurs a décidé d’ouvrir une nouvelle résidence en mai 2015. Inauguré un an après, ce lieu de vie a déjà vu passer quelques centaines de résidents et permet des rencontres régulières entre eux. Personnellement, j’ai aménagé dans cette résidence en septembre 2015, le jour de mes vingt-trois ans.

Pour obtenir un des 183 précieux logements (vu les prix actuels du logement), il faut faire une demande sur le site ALJT.com. Les documents nécessaires sont diverses et selon les situations : pièce d’identité, carte de séjour, feuilles d’impôts, RIB d’un compte courant, photos d’identité, carte vitale, contrat de travail et cetera. Le dernier document est indispensable car le critère principal est de travailler, bien que le chômage en cours de séjour ne soit pas un motif d’expulsion. La durée de location est de deux ans maximum. Pour être éligible il faut également être majeur de moins de 26 ans. Aucune distinction de religion et de nationalité n’est faite, 61% des locataires sont Franciliens (dont 35% d’Yvelinois) et les 39% restant viennent de d’ailleurs en France et d’autres pays. Ainsi, se côtoient yvelinois, bretons, réunionnais, russes, libanais et cetera.

Si la vie quotidienne (laverie, circulation dans les couloirs…) favorise les échanges et rencontres entre les résidents, de nombreuses animations sont proposées par l’ALJT ou bien sont initiés par les habitants dans la salle polyvalente. « Le but est de créer du lien social », affirme Rémi. Ce chargé des animations, fait intervenir de nombreuses personnes comme Alexandra pour du coaching emploi, Alain pour des ateliers d’improvisation théâtrale, l’association « Underconstruction » pour des jeux autour de l’égalité homme/femme et différents conseiller pour le budget, les impôts et le droit du travail. « Il y a des gens qui choisissent les animations selon leurs attentes et leurs besoins.», explique-t-il. Il précise « le plus difficile, c’est que les gens franchissent le seuil de la salle polyvalente. » Une fois entré, on en profite et souvent on revient. Il organise également des pots d’accueils mensuels à thème (galette des rois, crêpes, cuisine espagnole), des fêtes (fin d’années, voisins), des projections de films, des petits déjeuners, des réunions de voisinages (débats, soirée apéro) et cetera. « Toutes les occasions sont bonnes pour échanger entre habitants », argumente-t-il.

Quant aux locataires, ils ne manquent pas d’idées non plus : déjeuné dominical partagé, soirée costumée, projection des matchs à l’occasion de l’Euro et participation au tournois de football inter-ALJT. Mais attention : l’habitant du foyer jeune travailleur est très demandeur et exigeant : « Il faudrait ouvrir la salle polyvalente plus souvent » entend-ton régulièrement. Leurs exigences vont d’un simple lieu ouvert pour improviser une soirée, des investissements dans des équipements ludiques (Baby-foot, table de billard…), en passant l’organisation de sorties.

La solidarité n’est pas qu’un vain mot dans cette résidence. Il n’est pas rare de se dépanner en cas de besoin. Une page Facebook a même été créée, qui est gérée par des habitants. Elle permet de se renseigner sur les équipements et services qu’offre le territoire local. Le co-voiturage, les courses en groupe ou l’entre-aide lors des déménagements sont des également des initiatives courantes.

Avec tant de rencontres, d’échanges, il est normal que se crée quantité d’mitiés et parfois même quelques histoires d’amour…

Tristan Péribois

Partager sur :

Infos de l'auteur

Tristan Péribois

Dionysien de naissance mais Guyancourtois de cœur, j'ai grandi entre Guyancourt, Montigny et Voisins. Passionné de lecture, d'écriture et de politique, j'ai crée un blog "Elections Guyancourtoises" et participé à la rédaction du journal local "Le Complément". Le Trappy Blog est une nouvelle étape dans mon engagement.