Prendre la parole ou se taire à jamais

0

Créer la discrimination ou être discriminée. « Tu n’es pas chez toi » Être de la même couleur est-ce réellement une manière de contrer certaines discriminations ? Non je ne le crois pas ! Aujourd’hui encore ! 40% des discriminés sont immigrés. Et encore, si ce chiffre peut paraître minime, de nombreuses autres personnes souffrent de discrimination sans oser en parler. Aujourd’hui, je prends la parole.

Issue d’une famille noire antillaise, je suis née en métropole sur un sol français sur lequel je suis discriminée. Et non par les blancs comme on pourrait le croire, mais par des noirs. Étrange non ? A la lecture de cet article vous vous attendiez sûrement à un règlement de compte venant de moi face aux blancs mais pas du tout. Certains pensent que les blancs sont souvent à l’origine des discriminations ou même du racisme. Mais parfois, nous-mêmes les noirs nous créons cette discrimination entre nous.

Aujourd’hui je déclare que je suis noire et discriminée ! Je suis une femme qui a eu la chance de pouvoir vivre dans une maison dont les parents sont propriétaires, en compagnie de ses frères et sœurs. J’ai été élevée dans une ville où il y a deux villages et deux cités. Je n’ai vu aucune différence et j’entretiens des rapports amicaux avec des personnes ayant grandi dans ces différents environnements.

Pourtant, un jour j’ai été invitée dans l’une des structures d’une des cités dédiée aux jeunes des 15 – 25 ans. On m’y a fait une remarque que je n’oublierai jamais « Tu n’es pas chez toi, ma ville ce n’est pas la tienne » et pourtant, si!, ma ville c’est autant la leur que la mienne. Habiter dans une maison ne veut pas forcément dire que nous sommes riches, avares ou tout autre adjectif régulièrement attribué aux personnes habitant un pavillon. Ou même tout simplement que nous sommes heureux ou que nous ne connaîtrons jamais la misère. « Je suis noire comme toi, et ce que tu viens de faire, c’est juste une GROSSE discrimination » Mais, au final, pas forcément une discrimination envers moi mais plutôt envers toi-même. C’est toi qui t’exclut de toute relation avec moi (et certainement pas qu’avec moi). Au final, ce sentiment de « Haine » m’échappe . Et ce qu’il a pu me dire est juste un petit exemple parmi tant d’autres de ce que j’ai vu et entendu.

Et si, aujourd’hui, il en vient à me discriminer, moi, qui suis semblable à lui, quel sera le monde de demain ?

Partager sur :

Infos de l'auteur

Celine Selbonne

Étudiante en licence espagnol à l’Uvsq, j'écris pour le trappy Blog afin de pouvoir libérer mes pensées. Mes articles seront une présentation de moi, et j'espère qu’il aideront à faire réfléchir sur des choses banales qui sont parfois à l'origine de conflits inutiles.