Les jeunes et la politique sur internet

0

Sur Youtube entre des vidéos de personnes chassent les oies à 1h du matin et des vidéos d’ouverture de paquet de cartes pokémon, on trouve quelques fois des vidéos de politiques cherchant à séduire un public jeune qui s’abstient de plus en plus.

Si ces politiques sont présents sur un terrain de jeu qui ne leur est pas familier, c’est que des célébrités comme Cyprien, Norman et biens d’autres ont déjà conquis un public de plusieurs millions de jeunes abonnés, difficiles à toucher quand il s’agit de politique. Pourtant, les partis politiques sont sur Internet depuis un bon moment. En 1994, le Front National créa le premier site internet dirigé par un parti politique. Depuis, les partis politiques communiquent de plus en plus avec des vidéos disponibles sur la plate-forme de streaming de Google, sur Youtube ou dailymotion, et adaptent leurs messages aux codes dans ce nouveau moyen d’expression.

Nathan (les prénoms ont été changés) est un lycéen Trappiste de 16 ans. À peine rentrée des cours, il regarde une vidéo de Jean-Luc Mélenchon sur le bureau de sa chambre, seul derrière son ordinateur à attendre l’heure du. repas pendant que son père cuisine : « Les vidéos politique, je les regarde seulement quand ça tombe dans mes recommandations, c’est souvent des rediffusions de débats ou des présentations de projet ». Sur le meuble sont posées plusieurs figurines et Goodies liés au monde du jeux vidéo. Nathan regarde en priorité les vidéos du Président du Front de Gauche « le truc qui est bien, c’est qu’il s’adresse à toi comme si t’étais son pote ». Mais tout n’est pas rose dans le monde de la politique selon Youtube. D’une grimace il regrette aussi parfois le ton des messages : « Le truc que j’aime pas, c’est qu’on dirait parfois une grosse propagande en mode “chez nous c’est grave bien et les autres c’est trop nul” ».

On pouvait s’y attendre, Nathan ne regarde pas ces vidéos avec pour seul but de s’informer. « Je regarde pour m’informer mais aussi pour me divertir. Quand ils s’engueulent c’est rigolo ». Une comparaison lui vient à l’esprit. « C’est comme Squeezie (Youtubeur présentant des jeux vidéos, aux bientôt 8 millions d’abonnés), parfois il est sérieux et parfois il se tape des barres avec nous ». S’intéresserait-il autant à la politique si elle n’était pas présente sur le web ? : « Pour nous les jeunes, toutes les informations passent par Internet, la télé c’est un peu devenu obsolète », répond-il.

Karim est lui aussi un lycéen Trappiste de 16 ans. Les murs de sa chambre sont couverts de posters sur Naruto, Docter Who, The Walking Dead ainsi que de photos de lui et des amis qui composent son groupe de rock. Karim n’alluma son ordinateur qu’après avoir rangé sa chambre. Il regarde les vidéos sur son lit, ordinateur portable posé sur son jean troué, planté d’épingles à nourrice et d’une chaine. Contrairement à Nathan, il ne regarde pas uniquement les vidéos de Mélenchon mais aussi celle de Florian Phillipot, vice-président du Front National. Pour lui aussi, les politiques ont leur place sur Youtube « parce qu’ils s’expriment sur de nouvelle plate-forme qui prennent de plus en plus d’ampleur. Du coup ils touchent un public nouveau, plus jeune et plus connecté ».

Il apprécie aussi de « moins perdre mon temps à aller sur Internet et Youtube ». Mais il ne souhaite pourtant pas différencier divertissement et enseignement. « Ça m’a fait découvrir une nouvelle manière de prendre du plaisir. En gros c’est moins chiant. Genre au lieu de regarder des vidéos sur Minecraft , bah je regarde une vidéo de Mélenchon, et c’est plus attrayant que de regarder un meeting ou une émission de 2 heures à la télé ».

Selon ses dires, la politique sur internet lui permet de se forger son propre avis sur le personnel politique : « je regarde vraiment pour comprendre leurs idées, même ceux d’extrême droite. A ceux qui me disent que c’est des fils de p…, je dis “regarde et comprends d’abord leurs idées, et après tu peux dire que c’est des fils de p…” ». L’attractivité de cette nouvelle forme d’apprentissage explique que, pour Karim, les vidéos sur internet peuvent avoir une influence sur la formation politique des jeunes : « j’ai peur que la majorité du public soit trop jeune et donc ne puisse pas voter, mais au moins les mecs se forgent des idéaux politiques pour plus tard ».

Partager sur :

Infos de l'auteur

Lycéen de 17 ans en filière scientifique, passionné d'histoire et de média utilisant l'audio-visuel, j'ai décidé de participer au projet qu'est le trappy blog pour découvrir de nouveaux horizons.