My Hero academie : Mormeck insuffle la puissance à des Lycéens du 92

0

Jean-Marc Mormeck ancien champion du monde de boxe, actuellement délégué interministèriel pour l’égalité des chances et promoteur de combat de boxe est intervenu le mercredi 25 janvier au lycée Guy de Maupassant à Colombes. La punchline de l’intervention est de “Transmettre aux élèves son expérience de sportif de haut niveau et d’entrepreneur”. Reportage.

 La puissance, gros c’est la puissance, c’est la puissance. J’ai pas connu la défaite depuis mon existence”. Tel est la puissance de l’ego-trip du rappeur MHD. Jean-Marc Mormeck, champion du monde WBA et WBC, insuffle au contraire aux lycéens de Guy de Maupassant une autre forme de puissance : la modestie.

Ce mercredi matin à 9h00, dans la salle de conférence spacieuse, éclairée mais glaciale du lycée Guy de Maupassant de Colombes, 90 élèves de première STMG (Sciences et Technologies du Management et de la Gestion) assistent à l’intervention organisée par l’association 1000000 entrepreneurs. Martine Dubertrand, chargée de communication et partenariat est co-organisatrice de la rencontre :nous sensibilisons à l’esprit et à la culture d’entreprise des jeunes de 13 à 25 ans en proposant des interventions d’entrepreneurs dans les établissements de l’enseignement supérieur”. L’entrepreneur ce jour-là est l’ancien boxeur et actuel promoteur de combats de boxe Jean-Marc Mormeck

Au cours de la rencontre, une proximité s’installe de suite entre le boxeur et les lycéens. Lui se livre, parle avec les tripes. Les élèves, eux, oublient rapidement les questions qu’ils avaient préparées en compagnie de leurs professeurs au profit de questions plus directes. C’est un vrai combat. Un combat pour apprendre à se connaître. L’intervention prend alors une autre envergure. L’intuition et la spontanéité réchauffent le ring et les cœurs se rencontrent.

Je veux être un héros” : c’est l’état d’esprit dans lequel se trouve Jean-Marc Mormeck avant chaque combat. Cette réponse a suivi l’interrogation d’un lycéen :” Quelle était votre état d’esprit avant un combat ?. L’intervention du boxeur sonne comme un arrêt de jeu dans la tête des élèves de ce lycée classé en REP+. Face au champion du monde, eux aussi se sentent pouvoir devenir des héros, à l’instar d’All Might super héros et professeur au lycée de Yuei dans le manga japonais My Héro Academia. 

Mormeck, physique imposant mais voix tempérée transmet aux élèves la philosophie qu’il s’est forgée tout au long de sa carrière et de sa vie. Il grandit dans un quartier de Bobigny. Il est désormais haut fonctionnaire. Au centre des antipodes, se trouve le sage équilibre. Valeur, respect, force de caractère, vivre ensemble, travail. Mormeck enchaîne les coups de tonnerre dans l’esprit des padawans (apprenti) qui sont venus l’écouter. Au commencement, l’apprentissage de la rigueur fut son premier entrainement de boxe. Au commencement, la rigueur dévoile le premier chapitre de cette intervention.

” T’écoutes quoi avant un combat ? ” demande un élève.J’aime beaucoup Aznavour”. L’image du champion excité sous adrénaline se brise en mille morceaux. Selon lui l’agitation est contre-productive. Lors d’un match, il ne cherche pas à détruire son adversaire, mais à gagner le match. Nuance qui éloigne le cliché du boxeur brut et abruti par les coups…

Mormeck affirme avant tout qu’il vient du quartier. Lorsqu’il arrive en métropole de Guadeloupe, c’est à Bobigny qu’il atterrit. La banlieue sera le lieu où il se ressourcera dans les moments les plus difficiles de sa carrière. Après une défaite, il décide de se remettre en question. Il avoue s’être embourgeoisé : ” Quand j’arrivais aux USA, il y avait toujours une limousine qui m’attendait” Il se dit à ce moment qu’il faut peut-être raccrocher les gants.” On se sent seul à ce moment-là, on a moins d’amis “. Finalement, il prend la décision de continuer. Il change d’équipe et revient s’entraîner dans un quartier difficile. Il se rappelle que c’est l’ardeur du quartier qui a forgé son esprit combatif. D’ailleurs, un élève ne manquera pas de revenir sur la question de la défaite ” Pourquoi avez-vous perdu”. Il prendra le temps nécessaire pour y répondre sans crainte. Les élèves sont attentifs et boivent les paroles de notre orateur de la matinée. Peut-être parce qu’ils ont conscience qu’après ils devront retourner en cours et suivre une intervention beaucoup plus classique. 

S’il affirme haut et fort qu’il vient de la banlieue, il n’a pas peur aussi de dire qu’il est fier d’être Français en montrant l’insigne de la Légion d’honneur sur son costume. Pourtant, comme de nombreux jeunes dans la salle, son identité est multiple. “Lorsque je suis adulé à l’étranger, on m’appelle “le Français” .” 

C’est dans cet état d’esprit qu’il accepte le poste de délégué interministériel pour l’égalité des chances et des Français d’outre-mer. “Et des banlieues” rajoute Mormeck. Pourtant le mot “banlieue” à la fin de la description de son poste n’existe pas sur Wikipédia. Pour lui, c’est important de le souligner. Banlieusard et Français.

C’est une occasion d’aider les jeunes et de transmettre son expérience de boxeur de haut-niveau. À ce moment de l’intervention le champion devient plus sérieux : “je suis allé en prison pour parler et soutenir des jeunes. Encore une fois Mormeck trouve les ressources au centre des antipodes. S’il fait des passages en prison, il côtoie également les grandes entreprises françaises. Désormais en retraite sportive et devenu promoteur, il a commencé à organiser des combats de boxeurs en devenir. 

Quelque temps avant cette conférence, il était intervenu devant 2000 personnes pour parler des liens qui existent entre le sport et l’entreprise autour du thème : “comment on se relève d’une crise économique ? Savoir se relever d’un examen échoué, d’une défaite ou de la crise, tout le monde dans la salle comprend que c’est un même combat. Bien dans l’esprit, un élève l’interpelle : “J’ai vu sur internet que vous aviez perdu. Pourquoi ? J’ai 6 défaites sur 43 combats, répond Mormeck. Ils ont été plus forts que moi ce jour-là et mieux entraînés.Tout le monde dans la salle comprend.

Partager sur :

Infos de l'auteur

Makan Fofana

Habitant du quartier du Bois de l'Etang à La Verrière, ancien étudiant à la Sorbonne Nouvelle en Licence Langue Littérature et civilisation, écrivain à mes heures perdues, amateur de philosophie, de spiritualité et du monde de l'entreprise. A travers ce blog je souhaite favoriser de nouvelles initiatives dans le quartier.