L’alchimiste qui change tout

0

J’éprouve une immense gratitude à l’égard de ceux qui, par leurs œuvres, ont enflammé mon imagination et m’ont donné un amour des livres et de la lecture qui ne m’a jamais quitté une seconde.” 

Kate Morton

Si les indiens croient en l’existence de plusieurs vies après la mort je dirais bien qu’il y a eu pour moi une autre vie après la lecture de ce livre. Aujourd’hui je vais parler d’une lecture de « L’alchimiste » de Paulo Cohelo.

C’est justement la possibilité de réaliser un rêve qui rend la vie intéressante.” Paulo Cohelo.

Le fait d’avoir vécu dans un lieu nous impose une manière de penser et de vivre. Le voyage et la lecture sont deux manières d’ouvrir ses perspectives (ouvrir des horizons ou créer de nouvelles perspectives). J’ai vécu toute ma vie dans le quartier du bois de l’étang. Ainsi j’avais mes idées, mes appréhensions, mes conceptions sur le monde extérieur. Sachant que mon quartier est enclavé, refermé sur lui-même il a plus de chance de produire de l’échec et du repli sur soi. La lecture de ce livre a été pour moi l’occasion de modifier ma représentation du monde. Ma manière de voire les choses à littéralement été modifiée par la lecture de ce livre. Un tel changement peut avoir lieu à de nombreuses occasions ; la rencontre d’un professeur, d’un individu, la mort d’un proche, un voyage à l’étranger etc… Les études à la fac avait été un premier contact avec une nouvelle sphère : Paris. Cependant lire a été pour moi le début de la transformation, passage du banlieusard ayant ses principes et ses vues propres à un homme plus ouvert au monde, et plus proche de l’état d’esprit d’un étudiant ouvert aux nouvelles expériences.

En plus d’une ouverture intellectuelle, j’ai découvert dans ce livre une nouvelle spiritualité en plus de celle que je connaissais (l’islam) déjà : l’alchimie. Qu’est ce que l’alchimie ? Science ou pseudo science consistant à transmuter les métaux vils en or. Pour cela, il faut réaliser ce que nous appelons la pierre philosophale, le grand œuvre en alchimie, qui est l’instrument qui permet la transmutation, le changement de la matière. Mais d’un point de vue spirituel l’alchimie consiste à transmuer sa propre personne et atteindre le grand œuvre de sa vie. Littéralement l’alchimie est aussi utilisée comme synonyme de symbiose entre plusieurs éléments. Ainsi à travers cet ouvrage ma personnalité s’est progressivement modifiée et ma vision de la spiritualité est devenue plus ouverte. Ainsi j’ai appris que la sagesse appartenait à l’humanité et qu’elle pouvait provenir de plusieurs civilisations. Je ne dirais pas que j’ai atteint mon grand œuvre. Cependant, si avoir lu ce livre ne m’a pas permis de remplir mon sac de trésors, il m’a permis d’agrandir mon sac afin de recevoir plus de trésors par la suite.

Ceci fut déterminant dans ma quête de spiritualité, car dans les quartiers, une frange de la population parmi les jeunes aspire au changement. Pour cela ils s’orientent vers la religion et notamment choisissent des chemins plus ou moins radicaux, pour eux vecteurs d’un réel changement, d’une rupture. Avoir lu ce livre a mis ma réflexion en tension avec les connaissances que j’avais auparavant : ” Pourquoi lire un livre d’un auteur d’une autre religion ? ” “mais à qui appartient donc finalement la vérité si quelqu’un d’une autre religion (l’auteur est chrétien) peut faire aussi bien?” ” ai-je corrompu ma pensée en ayant lu ce livre ?” Ainsi ce livre fut un véritable rempart contre la radicalisation. Un véritable roman de développement personnel dans lequel nous voyons le héros cheminer et progresser à travers les péripéties. Mais la magie se trouve également dans ce que nous aussi, lecteurs, nous évoluons au plus profond de nos âmes à travers le questionnement du héros et le bouleversement de son quotidien. L’auteur intègre tout au long de l’intrigue des principes que nous pouvons appliquer à nos vie, comme le fait d’écouter son cœur, d’être persévérant, de prendre du recul par rapport à l’influence des autres.

Ce que j’ai également aimé c’est se style simple sans fioriture, adapté à la vie du héros Santiago. Style qui prouve que le banlieusard à travers une écriture simple et personnelle peut réussir une œuvre littéraire, l’objectif n’est pas forcément de devenir best-seller mais de se réaliser à travers une oeuvre.

Dans la vie, dit l’auteur, il y a des signes, et le cœur attentif parle le langage des signes. Et si nous pouvions faire attention à ce que notre environnement nous raconte, nous pourrions réaliser de grandes choses et profiter plus d’opportunités offertes par la vie.

Dans la vie tout est signe” P.C

Mon regard de banlieusards sur le livre ? Le temps n’est pas perdu. Quelles que soient nos erreurs de parcours il est encore temps de réaliser nos rêves. Le héros Santiago n’avait rien si ce n’est un livre et des moutons. Il était également parti de rien puisqu’il n’était qu’un simple berger. Si en banlieue nous n’avons pas toujours les moyens, nous en possédons un peu plus que Santiago pour créer des milliers de rêve. Si nos vies sont loin d’être des livres ouverts et encore moins des récits de voyage, nous pouvons raconter notre vie d’une belle manière et vivre notre vie de manière romancée.

L’imagination doit être exploitée afin d’être créatifs et de vivre dans la créativité. Je crois que se trouve dans nos philosophies de vie, ce que nous faisons de la réalité et pas seulement ce que fait de nous la réalité, une sorte de prison.

De plus la connaissance n’a pas d’endroit particulier, combien d’hommes ont vécu la résurrection enfermé, ou dans une prison. Ainsi il est possible d’aller de l’avant…

Enfin je dirais que ce livre, au delà “d’aboutir à des choses concrètes comme la réalisation de soi, ou l’atteinte d’un objectif ” à eu un impact important sur mon cœur et mon esprit. Il n’est pas toujours important de quantifier un résultat. Mon cœur s’est rasséréné, ma vie s’est apaisée et mon esprit s’est vivifié. Le changement intérieur ne fait-il pas également partie de la réalisation de soi ?

Partager sur :

Infos de l'auteur

Makan Fofana

Habitant du quartier du Bois de l'Etang à La Verrière, ancien étudiant à la Sorbonne Nouvelle en Licence Langue Littérature et civilisation, écrivain à mes heures perdues, amateur de philosophie, de spiritualité et du monde de l'entreprise. A travers ce blog je souhaite favoriser de nouvelles initiatives dans le quartier.