La jeunesse se mobilise au profit des “migrants” accueillis à Maurepas

0

C’est en apprenant que, vendredi 4 novembre matin, la mairie de Maurepas refuse l’accueil dans le gymnase des Bessières d’une centaine de « migrants » en provenance des camp de Stalingrad et de Jaurès à Paris, que nous avons décidé d’apporter notre contribution.

Le samedi après les cours, nous allons donc à la salle des fêtes de Maurepas où les migrants ont été accueillis provisoirement. A notre arrivée, une vingtaine de personnes a déjà été redirigée vers d’autres centres d’accueils en Ile-de-France, par manque de place et de capacités d’accueil à Maurepas. Ce qui nous interpelle le plus, ce sont les 80 personnes qui mangent sur leurs lits, le peu d’espace entre ces derniers et l’absence de sanitaires.

Une rencontre avec les migrants

Élodie, de l’association AURORE, appelée par l’État, pour s’occuper du site de Maurepas, nous explique les différentes tâches que nous avons à effectuer. Après avoir mis en place les repas, il est temps pour nous de les servir et de rencontrer ces résidents, majoritairement afghans. Ils ont chacun un petit papier où est inscrit leur nom, leur prénom et un numéro qui nous permet de gérer les rationnements, de savoir combien de personnes sont présentes et combien de repas nous avons fournis.

Nous y passons le week-end entier et y faisons la connaissance d’un homme d’une trentaine d’année, soucieux de connaître l’Histoire de France, d’apprendre le français et de proposer son aide pour l’organisation des lieux. Nous avons donc décidé de lui donner plusieurs livres sur ces sujets-là. Dimanche 6 novembre, un collectif de Maurepasiens indignés par la situation se crée et organise les actions de 90 bénévoles.

Un élan de solidarité interassociatif

Nous y retournons tous les autres soirs de la semaine après les cours. Depuis la dernières fois, certains de « ses résidents » comme Elodie les appelle, ont été réorientés vers d’autres centres d’accueil en Ile-de-France. Nous n’avons pas revu l’homme rencontré le week-end précédent. Une association, Trappes Actions Solidaires organise bénévolement des cours de français tous les jours. De plus, le collectif Solidarité Réfugiés Maurepas et l’association Verriéroise Saveurs du Monde organisent des soirées surprises pour les résidents et les bénévoles. Nous passons de supers soirées, partageons de très bons moments avec eux. Ont déjà eu lieu des soirées pizza, orientale, africaine et loto !

Lundi 7 novembre, les derniers résidents ont été transférés dans des centres d’accueils et d’hébergement, où des travailleurs sociaux auront pour tâche de les aider à entrer dans le processus d’intégration en régularisant leur situation. Ces centres sont bien moins accueillants que la salle des fêtes ne l’a été. Il y a eu, en effet, un élan de solidarité incroyable à Maurepas qui ne reflète pas la vie réelle, celle qui les attend désormais. La suite va donc être longue et difficile mais ces 10 jours leur ont permis d’ouvrir une parenthèse dans ce périple.

Pour notre part, ce fut une expérience intense, pleine de rencontres et d’émotions, qui nous a permis de briser nos préjugés. C’est donc avec plaisir que nous nous lancerions à nouveau dans une aventure comme celle-ci. Maintenant, nos journées sont bien moins remplies et bien moins chaleureuses, il faut donc retourner à notre quotidien. On retombe de haut, de très haut.

Partager sur :

Infos de l'auteur

Emma Levy

Élève en 1ère ES au lycée Émilie de Breteuil, j'ai grandi entre La Verrière et Maurepas. J'aime voyager, découvrir et m'engager mais aussi écrire. Le Trappy Blog et la Gazette d’Émilie, journal lycéen que j'ai co-fondé, me permettent de m'exprimer.