Jean-Paul Soulat, le cœur à l’ouvrage

0

Ancien militaire et sapeur-pompier retraité, Jean-Paul est actuellement responsable du Resto du Cœur à Trappes. Portrait d’un bénévole débordé !

1- Sauver des vies humaines même après la fin de sa carrière professionnelle.

Qu’ils soient militaires ou un sapeur-pompiers, leur travail quotidien inspire respect et admiration. Cependant, à la fin d’une carrière pareille, il est difficile de rester inactif en remplissant juste une grille de mots fléchés. De ce fait, quoi de plus normal que de devenir bénévole pour remplir ses heures creuses : « Depuis le commencement de ma carrière, j’ai été là pour aider les gens. C’était mon premier souci jusqu’à maintenant. Alors, je me suis dit pourquoi ne pas continuer sur le même chemin et offrir mon temps aux gens pour les assister et les aider à vivre dignement. Cela me rend très content ! ». La vie de Jean Paul commence à Paris dans le 12ème arrondissement en 1944. Une scolarité normale jusqu’à l’âge de 17 ans où il rentre à l’armé : « J’ai fait ma préparation de militaire à 17 ans, j’ai sauté en parachute à 18 ans et après je suis parti en Algérie à la fin de la guerre en 1962 pour aller chercher des Français qu’il fallait rapatrier d’Algérie. Des médecins, des instituteurs… » Après 15 ans passés dans l’armée, le militaire change de parcours pour être sapeur-pompier pendant 15 ans aussi. « A 52 ans et demi, je suis parti à la retraite. J’ai voyagé pendant un an et demi et après je suis venu aux Resto du Cœur. J’ai commencé au Resto du Cœur d’Élancourt, puis celui de Trappes. En gros, cela fait 17 ans que j’y suis bénévole »

2- Les Restos du Cœur : un vrai moment de détente, de partage et d’entraide.

« Nous recevons, ici, des personnes qui ont des difficultés financières, des personnes âgées mais nous accueillons aussi des stagiaires, des réparations pénales et des TIG (travail d’intérêt général). Ces derniers sont des jeunes et des moins jeunes qui ont fait des bêtises soit en étant passé par la prison soit risquant d’y passer. Nous essayons de les aider à se réinsérer dans la vie sociale en signant avec eux des contrats de 15 à 20 heures. Le principe est de leur donner la chance de réparer leurs erreurs, d’effectuer leur peine en évitant la prison. » Le quotidien du responsable du Resto du Cœur à Trappes et d’autres bénévoles est mouvementé. Le Resto ouvre à 6h30 tous les matins. Il faut gérer les ramassages des invendus des supermarchés tels Auchan, Carrefour et Métro. réceptionner la marchandise, préparer les rayons et veiller à garder de l’énergie pour les moments de distribution qui se déroulent généralement les après-midis. Par ailleurs, le Resto du Cœur offre une aide informatique pour rédiger les CV, les lettres de motivation ou simplement pour rechercher un emploi. Les bénévoles tâchent aussi d’accompagner les gens dans leurs démarches administratives ainsi que d’apporter un simple soutien moral.

3- Parisien de naissance, Elancourtois de résidence mais Trappiste de cœur !

Jean Paul Soulat est un habitant d’Élancourt, mais pour lui Trappes est une ville qui change de manière très positive et très rapidement : « Trappes est toujours en mouvement. Certes, la ville a connu des périodes très difficiles mais cela n’empêche pas le fait que maintenant Trappes bouge dans le bon sens ; il y a des nouvelles constructions, il y a le Simply Market qui s’est monté, il y a le Macdo aussi, et il y en a d’autres qui seront montés bientôt. Il y a certainement des beaux quartiers à Trappes !. On dirait que toutes les semaines elle bouge ; là, il y a des gens qui accèdent à la propriété, là ça se construit encore, là bas c’est fini. Franchement, c’est formidable ! En plus, moi, je suis à Trappes plus souvent qu’à Elancourt ! ». Il est à noter aussi que cet ancien sapeur-pompier fait partie du conseil d’administration du CCAS (Centre Communal d’Action Social) de Trappes. Pour finir, Jean Paul nous confie qu’il est papa de deux enfants, un garçon et une fille et qu’une fois rentré chez lui, il essaie avant tout de se détendre : « En rentrant, je m’occupe de moi-même, de mes petits enfants, de mon épouse. Je me repose pour me préparer pour le demain, 6h30 »

Partager sur :

Infos de l'auteur

Amina Mouhoub El Atmani

Fascinée par les belles lettres, égarée dans les rimes et amoureuse de Trappes, j'adore l'écriture en générale et la poésie en particulier. Master II littérature générale et comparée. Prix de poésie pour la francophonie en 2010 et prix Halaly de poésie en 2015.