Filière professionnelle du Lycée Jean Rostand : Entre réussite et préjugés

0

Selon M. Khalifa, directeur délégué à la formation professionnelle et technologique, le lycée Jean Rostand à Mantes‐la‐Jolie jongle entre ambitions et réussites qui permettent de casser des clichés.

« La filière pro est une autre façon d’apprendre ! » M. Khalifa est le directeur délégué à la formation professionnelle et technologique du Lycée Jean Rostand à Mantes‐la‐Jolie. Cet ancien enseignant organise tout ce qui est du domaine matériel et pédagogique. Selon lui, au lycée Rostand où il y a 5 filières professionnelles (MVA, MELEEC, GA, PLP et MEI*), « les élèves et les enseignants ont des projets et moi je les pilote avec eux ». Dans ce lycée, « les filières les plus demandées sont la MVA (maintenance des véhicules automobiles et MELEC (métiers de l’électricité et des environnements connectés) pour la dernière année ».

La filière professionnelle est souvent perçue comme une filière par défaut à cause de beaucoup de préjugés. Une filière seulement réservée aux élèves décrocheurs et en difficultés. Toutefois, selon ce directeur, le personnel met tout en place afin que « même un élève qui est en difficultés en arrivant du collège, on arrive à lui faire un suivi et à l’accompagner jusqu’au bout ». Tout est alors mis en place pour mettre les élèves dans d’ excellentes conditions afin qu’ils réussissent. D’ailleurs, en ce qui concerne la réussite des élèves du secteur professionnel de ce lycée, « cela dépend des promotions » mais en général « ceux qui ont un niveau acceptable réussissent ». En effet, « les élèves qui suivent la scolarité complète avec les stages […] arrivent au bout et là on peut dire que les objectifs sont atteints ».

Pour M. Khalifa, la suite logique après le bac pro est le BTS. Assurément, le lycée Jean Rostand assure cette suite après le bac pro MELEC et MVA. Pour lui, « en BTS, ce qui fait la différence, ce n’est pas la partie professionnelle, c’est l’enseignement général… ce sont les maths, la physique et le français… ». Les élèves ont donc souvent plus de difficultés dans les matières générales, ce qui ne les empêchent pas, à force de travail régulier et de professeurs à l’écoute, de réussir !

« Pour une place, on a environ quatre demandes ». Karim Fallah, professeur en BTS au lycée Jean Rostand depuis 10 ans, nous confie que « la filière automobile est fortement demandée. Pour une place, on a environ quatre demandes ». Pour les secondes, d’après Mr Fallah, certains n’ont pas fait le bon choix à cause de leurs représentations de cette filière. En effet « certains arrivent du collège avec une idée de l’automobile… C’est le turbo, c’est auto‐moto, c’est le tunning etc. Et quand on arrive ici,la réalité est bien différente ! Certains se retrouvent alors en décrochage car ils n’ont pas fait le bon choix ».

Dans cette filière, les élèves ont donc la possibilité d’apprendre les réalités de l’automobile dans toute sa technicité. En effet, comme pour le niveau seconde, la filière automobile est une des plus demandées en BTS, ici, dans ce lycée. Pour cause, entre autre, plusieurs projets sont menés dans ce BTS « chaque année, certains de nos premières années de BTS vont faire leur stage en entreprise à Berlin » très à pointe dans l’industrie automobile. Les enseignants sont donc très investis et mettent tous les moyens en place pour la réussite de leurs étudiants. A cela s’ajoute un voyage en Angleterre qui a été organisé afin de découvrir des professionnels et de contribuer à leur ouverture culturelle. Le dernier en date a été une belle réussite selon les élèves et leurs enseignants. Ils espèrent y retourner l’année prochaine dans leur deuxième année de BTS.

En ce qui concerne la réussite en BTS, « 4 sur 8 l’ont eu » selon cet enseignant. Une fois leur BTS en poche la plupart « trouvent un emploi dans un garage automobile ». Les étudiants de ce BTS MVA ont alors la possibilité de pouvoir exercer rapidement et donc de mettre en pratique tout le savoir et les compétences transmis par leurs enseignants.

Par ailleurs, à Rostand « on a la chance d’avoir des moyens [..] pour pouvoir acheter les outillages, on ne manque pas de matériel ». Même si au lycée « les locaux sont vétustes […] des travaux sont prévus afin de les améliorer ». Un projet de rénovation se concrétise afin d’améliorer le cadre de travail des élèves et du personnel.

« J’ai fait deux bac pro pour un diplôme. J’ai démissionné pour refaire un bac pro ». Mickaël Sabas, 22 ans étudiant de BTS MVA, a un parcours assez atypique en validant un bac professionnel dans un autre établissement, celui de mécanique de précision. Le jeune étudiant nous fait part de son expérience en professionnel. Il a été le témoin de “beaucoup de sèche”. Pour lui, la filière professionnelle “n’intéressait pas les élèves car ils ne savaient pas quoi faire par la suite ”. C’est donc à force de persévérance et même en étant plus vieux que les autres que Mickaël est parvenu à remonter la pente. Pour finir, comme dirait le jeune étudiant “ il ne faut pas perdre son temps, il faut foncer si quelque chose nous plaît et se donner les moyens”.

Ayoub, Julien et Naoufel, élèves de seconde au lycée Jean Rostand de Mantes la Jolie

*MVA : Maintenance des véhicules automobiles

MELEC : Métiers de l’électricité et des environnements connectés

GA : Gestion‐Administration

PLP : Pilote de ligne de production

MEI : Maintenance des équipements industriels

Partager sur :

Infos de l'auteur

Mehdi Litim

Fondateur et président du Trappy Blog, blogueur à Alternatives Economiques, chroniqueur à Marmite FM.