Au fait, tu es de quelle origine ?

0

Naître en France en ayant des parents naturalisés qui ont grandi autre part, c’est mener la quête de son identité presque toute sa vie. Cette question perpétuelle n’a rien à voir avec le célèbre “Qui suis-je?” de ton professeur de philo que tu écoutes sans conviction, affalée sur ta chaise au fond de la classe. Rien à voir. 

Cette interrogation-là est le produit de la colonisation, du déracinement, de l’immigration, de la banlieue et de plein d’autres phénomènes qui te dépassent mais te conditionnent tellement. Trop, même. Cette problématique te tient éveillée parfois la nuit. Tout simplement parce que tu n’arrives pas à t’identifier à une nation (ou du moins à sa population majoritaire) qu’elle se situe d’un côté ou de l’autre de la Méditerranée.

Chez toi, ta culture hybride est une évidence. On parle plusieurs langues au sein de ta famille, on trouve des jeans et des qamis (vêtement long porté traditionnellement par les hommes musulmans) au-dessus de ton dashiki (vêtement coloré traditionnel d’Afrique occidental) dans le placard de ta chambre, et parfois ta maman prépare une raclette avec de la charcuterie halal.

A l’école, à la fac ou au boulot, on te demande parfois d’où tu viens avant de te demander ton prénom, à croire que tu dois justifier ton importation étrange en terre gauloise ou que cela te définit plus que tout ce qui fait ton individualité. Pourtant, c’est un des seuls aspects que tu n’as pas choisi. Ne jamais se sentir réellement française est une sensation qui t’étrangle plus souvent à mesure que tu grandis, quand tu ne peux pas trouver de personnages qui te ressemblent dans la littérature, le cinéma ou parmi tes élus politiques. Elle te suit aussi quand tu es presque insultée d’ ”immigrée” avec mépris pendant tes vacances d’été au bled .

Si tu n’es pas binationale, serais-tu apatride ? Est-ce réellement ce qui définit ton identité ? Pourquoi cela t’obsède ? Pourquoi cela m’obsède aussi ? Sûrement, un besoin d’appartenance. Aristote dit que l’Homme est un animal social, évoluant en société. Ma société est hybride, multiculturelle, elle écoute du rap et fait un peu peur aux médias. Et si ma communauté à moi, c’était la banlieue ?

Salma Dahir, banlieusarde, enchantée

Partager sur :

Infos de l'auteur

Salma Dahir

Etudiante en M1, Trappiste depuis toujours, j'écris pour raconter des histoires et des rencontres.