Les clashs anti-ballerines, le dernier faux-pas des réseaux sociaux

0

La tendance anti-ballerines est un phénomène apparu depuis quelques mois sur les réseaux sociaux. Elle consiste à prendre en photo, à partager sur les réseaux sociaux puis à critiquer les femmes portant des ballerines, surtout les plus jeunes dont nombreuses n’osent de ce fait plus en porter.

Généralement portées par des femmes de tout âges, les ballerines étaient populaires pour des raisons esthétiques et appréciées pour leur confort. Popularisées par des stars telles que Kate Moss ou de grandes marques (Chanel, Lanvin…) lors des fashion-week, ces dernières connaissent aujourd’hui une mauvaise passe, surtout auprès des jeunes. En effet, les étudiants n’hésitent pas à pointer du doigt les filles portant des ballerines, en prenant, souvent sans leur accord, une photo de leurs pieds, et en l’envoyant sur les réseaux sociaux notamment via l’application Snapchat. Le phénomène ne cesse de s’amplifier.

” Je ne crache pas sur celles qui les portent pour travailler ”

Ivan, dix-huit ans, étudiant en première année de BTS au lycée de Villepinte, avait récemment posté une photo des pieds d’une inconnue portant des ballerines dans un bus via son Snapchat. Il souhaitait faire rire ses amis. Mais ce n’est pas tout. Pour lui, “c’est chaud les filles qui portent des ballerines”, et puis “ça fait puer des pieds”. Pourtant, il tient à préciser qu’il ” ne crache pas sur celles qui en portent pour travailler”. Deux de ses amis, Julien et Anthony, eux aussi élèves au lycée de Villepinte, partagent le même point de vue et l’absence totale d’empathie sur les filles qui avaient arrêté d’en porter en raison de cette nouvelle pression sociale. Pour quelle raison ? ” Les ballerines faut arrêter, c’est trop ” dit d’un ton agacé Julien. Les étudiants que j’interrogeais avaient l’air de s’être passé le mot ” Les ballerines, c’est moche !”. Voilà.

Twitter, c’est un peu un monde virtuel où le respect n’existe pas”

Selon Fatima, élève de Terminal en ES dans un lycée de Saint-Denis, le phénomène est parti du réseaux social Twitter, où sont apparus des tweets peu flatteurs sur les ballerines, surtout de la part de jeunes hommes se croyant tout permis. Fatima elle non plus n’aime pas les ballerines. Mais elle aime encore moins la pression issue des réseaux sociaux. Elle regrette ce phénomène qui touche des jeunes filles qui ne peuvent plus mettre de ballerines sans subir les critiques ou moqueries. Une de ses amies a cessé de porter des ballerines parce que ça ne plaisait pas aux garçons. “Twitter, c’est un peu un monde virtuel où le respect n’existe pas. Ils ne vont pas hésiter à clasher des personnes qui sortent du lot ou qui ne les suivent pas”

” On vit dans une société qui stigmatise”

Cette tendance anti –ballerines semble ne toucher en fait que les plus jeunes. Myriam, étudiante en première année de master en droit dit qu’elle et ses amis ne perdent pas de temps dans ce genre de débat qu’ils trouvent puéril. ” Ce phénomène est bidon et sans intérêt “. Pour elle, ce phénomène est ” suivi par une bande de moutons”, car “si une star venait à en mettre, tout le monde la suivrait”. Surtout, elle regrette l’évolution des pratiques sur les réseaux sociaux : “On vit dans une société qui stigmatise tout le temps. Franchement, chacun devrait être libre de ne pas être pris en photo contre son gré”.

Suite à ces contraintes nouvelles sur les réseaux sociaux le marché des ballerines est en chute libre. Sans doute la liberté de conscience un peu aussi.

Partager sur :

Infos de l'auteur