Cirqu’en liberté à La Verrière : « On met de l’amour dans le quartier ! »

0

Vendredi 23 décembre à la Maison de quartier du Bois de l’Etang se déroule un évènement pour le moins atypique. L’association Cirqu’en Liberté et son clown Fikri se donnent en spectacle devant les enfants verriérois. C’est durant deux heures que l’artiste et ses spectateurs/acteurs vont déambuler dans le quartier. Récit d’une après-midi festive !

En arrivant sur le parvis de la Maison de Quartier, je remarque un grand sapin tout argenté et bleu semblant illuminer le temps maussade de l’après-midi. Je rentre dans le hall accompagné d’Emma et de Benjamin. Au bout du couloir, j’aperçois un personnage haut en couleur. Vêtu d’une veste et de bretelles rouges, il porte un pantalon noir troué au niveau des fesses ! Les chaussettes remontées jusqu’aux genoux, il nous interpelle « Venez !! Suivez-moi ! Vous savez je n’ai encore jamais mangé quelqu’un ! » Ses cris et ses chants résonnent dans les couloirs décorés par des dessins d’enfants.

Puis je tombe nez-à-nez avec Adèle l’organisatrice de la rencontre qui me donne des renseignements sur l’association. « Fikri effectue un travail sur l’estime de soi en valorisant les personnes et en encourageant l’écoute et le respect de l’autre ! » me dit-elle. Elle ajoute un peu plus tard que « l’objectif est d’avoir des ateliers mêlant la participation des enfants et celle des parents afin de renforcer les liens. »

J’entre alors dans une salle où les jeunes Verriérois sont déjà attablés et attendent avec impatience le début de l’activité ! Fikri nous demande de nous présenter et suite à notre intervention, il demande ce qu’est un blog. « C’est un site où des gens mettent des informations ! » s’exclame un garçon. Enthousiaste d’avoir donné une bonne réponse, il dabbe.

Après avoir changé de salle, le clown et les enfants forment un cercle afin de favoriser l’écoute. Les bambins rigolent à gorge déployée mais restent attentifs aux gestes de Fikri ! C’est alors qu’il leur raconte l’histoire de son pantalon âgée de 18 ans qui « était là (il le descend jusqu’aux genoux) au début et aujourd’hui est là (en le remontant de façon à laisser ses chevilles apparentes) » . Cette histoire fait résonner la salle de rires ! Pour changer d’activité, il réunit à chaque fois les enfants en cercle. Un jeune garçon, Issa, est surpris avec un regard mystérieux : il sera le cobaye de l’opération dangereuse. Le clown désigne quatre membres de la sécurité. C’est alors qu’au moment où Issa se hisse sur les épaules de Fikri que des murmures parcourent le cercle. « Placez-vous devant moi avec les mains levées ! »

Au bout d’un certain temps, l’artiste annonce que la suite de l’après-midi va se dérouler à l’extérieur ! Mais avant de sortir, il faut un nez rouge ! « Ceux qui veulent un nez en plastique asseyez-vous devant Youssef. Ceux qui veulent un nez en mousse, allez devant les blogueurs ! » s’exclame-t-il. En les enfilant, j’entends une jeune fille dire « On dirait des bonbons ! ». Les clowns d’un jour se retrouvent à nouveau autour des tapis et ils s’aident à enfiler leur accessoire rouge.

Après que tous les enfants aient enfilés leur manteau, je suis le groupe dehors dans le quartier du Bois de l’Etang. Deux jeunes suivent de près le clown et déclarent « On est les gardes du corps de Fikri ! ». Le clown sort du bâtiment avec des lunettes d’aviateur vissées sur son front. Il nous vanne et ses deux gardes du corps, croyant qu’on leur parlait, rajoutent « On n’est pas des blogueurs, on est de la sécurité ! ». Le cortège se déplace lentement et s’arrête souvent. Des applaudissements résonnent dans la résidence à chaque fois qu’une personne passe. Le clown se place au milieu des enfants : « C’est important de faire sourire » lance-t-il. Il poursuit en disant « Avec les ballons en forme de cœur, vous avez le pouvoir de faire sourire, de rendre heureux, d’illuminer une journée ! ».

Les habitants interagissent avec les jeunes Verriérois qui n’ont cessé de rire et de s’égosiller depuis le début de l’après-midi. Des mamans pointent le bout de leur nez à la fenêtre : l’une se voit offrir un de ces fameux ballons par sa fille présente dans le groupe tandis qu’une autre donne des bonbons récupérés par un garçon monté sur le épaules de Fikri. Une douce odeur de plat mijoté atteint notre odorat au détour d’un immeuble. C’est dans une ambiance familiale que se poursuit le spectacle.

 «Vous allez laisser les bulles s’envoler ! Celle-ci va être grande ! » s’exclame Fikri

Les enfants esquivent les bulles et tentent d’en faire eux-mêmes, et malgré une très grande application, il y a encore du travail ! Des adolescents du quartier se font prendre au piège et Fikri n’arrête pas de blaguer ! Lorsqu’il vient vers moi, il me lance « Alors le blogueur, on blogue pas !? » ! Le show se poursuit par un moment caliente ! « Eloignez-vous !! » ne cessent de répéter Youssef et Pierre, deux des animateurs encadrants. L’artiste, toujours aussi taquin, crie dans la résidence « Aujourd’hui c’est méchoui pour tout le monde ! » Les jeunes verriérois regardent avec excitation la scène qui se trame devant eux mais semblent toutefois inconscients du danger. Fikri se mue en véritable cracheur de feu sous les applaudissements nourris du public !

En retournant dans les locaux, nous croisons Bakari ! Fikri lui offre un ballon cœur, lui qui il y a quelques minutes avait déclaré « De l’amour, des bisous ! On a besoin de ça aujourd’hui ! », puis il demande aux enfants qui veut bien offrir son nez. Une véritable marée de mains se lèvent et c’est à qui lèvera sa main le plus haut vers le ciel qui aura le privilège de passer son accessoire clownesque. Nous rencontrons des mamies qui reçoivent des vagues d’affection immenses de la part des enfants. 

De retour dans la grande salle, je deviens acteur du tour de magie du clown avec mes amis. Il nous passe plus ou moins discrètement une carte. Quelques petits curieux avaient remarqué le subterfuge de l’artiste et n’ont pas manqué de le lui faire remarquer ! Alors que l’après-midi avance, les enfants commencent à s’exciter de plus en plus mais Fikri est là pour recadrer les choses et devant l’individualisme de certains, il déclare « Marcher l’un sur l’autre, ça c’est le problème de l’éducation ! Non ! Marchons ensemble ! ». L’évènement se termine par des acrobaties menées avec brio par les casse-cous volontaires !

Durant cet après-midi, toutes les tranches d’âge ont participé : les enfants, les parents et les animateurs ! Avant de partir on nous propose de goûter et Fikri nous offre son ballon fétiche et un nez rouge ! Finalement, son message de fraternité et d’amour est parvenu à me toucher et je repars grandi !

Partager sur :

Infos de l'auteur

Guillaume Rubio

Lycéen de 17 ans au lycée Emilie de Breteuil, je m'intéresse particulièrement à l'Histoire. Passionné de voyages, j'adore découvrir de nouveaux pays et de nouvelles cultures ! J'ai vu, dans le Trappy Blog, l'occasion de faire entendre ma voix de lycéen au sujet des banlieues !