Cette année a été très nulle, j’ai eu l’impression de n’avoir rien accompli”

0

Kandia a interviewé sa maman, Kadidia, 37 ans, mère de 4 enfants, sur la manière dont elle vit son confinement à Trappes, où elle habite depuis son arrivée en provenance du Sénégal en 2007. Cette interview a été traduite du Diakhanké.

Quel impact a le confinement sur ton travail ?

Je suis agente d’entretien dans une école à Saint-Cyr, et à cause de toutes les normes sanitaires à respecter, je trouve que je travaille beaucoup en ce moment. Je dois toujours me désinfecter, partout où je passe.

Quel impact le confinement a sur ta situation financière ?

Comme je suis agente d’entretien dans une école et que les écoles n’ont pas fermé, à vrai dire le confinement n’a rien changé à ma situation financière. Je travaille toujours avec le même nombre d’heures qu’avant le confinement. J’ai donc toujours le même salaire de 500 euros par mois pour 3 heures de travail par jour, les lundis, mardis, jeudis et vendredis. Les mercredis je ne travaille pas parce que les enfants n’ont pas école ce jour-là.

Est ce que t’aimerais travailler plus ?

Bien sûr. Je suis à la recherche d’un travail avec plus d’heures. Je suis même inscrite à Pôle Emploi. Si possible, j’aimerais travailler du lundi au vendredi et à temps complet. Mais sinon je me contenterais même d’un travail à 5 heures par jour.

Et pourquoi tu ne changes pas de travail ?

Avant, je ne trouvais pas de travail stable. Je remplaçais des gens qui partaient en congés pendant un mois ou deux. Maintenant que je l’ai, depuis octobre 2017, je n’ai pas l’intention de le quitter. En tous cas pas avant de trouver un travail plus stable avec plus d’heures.

Comment le confinement a‑t-il changé ta vie de famille ?

Ce confinement n’a pas changé la vie de famille puisque les enfants n’ont pas arrêté l’école. Mon mari et moi travaillons toujours. Il n’y a que ma fille ainée qui a cours en distanciel. Ça fait juste un peu bizarre d’être dans la même maison avec elle et de ne la voir qu’à la pause de midi lorsqu’elle sort de sa chambre pour manger. Et en fin journée elle sort enfin de sa « grotte » vers 18 h, à la fin de ses cours.

Et qu’est-ce que tu penses de la non-fermeture des écoles ?

Je crois que c’est l’une des seules choses positives que je trouve dans ce confinement. Mes deux derniers enfants âgés de 10 et 8 ans ont besoin d’aide. Moi, je n’ai pas fait d’études, je ne peux pas trop les aider s’ils restent à la maison. Je me débrouille pour celui qui est en CE2, mais pour celui qui est CM2, je ne peux plus trop.

Dans quelle mesure le confinement a impacté ta vie sociale et tes relations avec ton cercle d’ami.e.s ?

Ça change beaucoup. On ne se voit plus maintenant avec mes amies. Avant, on se voyait presque toutes les deux semaines. Et puis il n’y a plus de fêtes, il n’y a rien. Mais nous avons créé un groupe WhatsApp et nous y discutons de tout et de n’importe quoi, pour prendre de nos nouvelles. D’après mes filles, je passe mes journées sur WhatsApp (rires).

Et la famille au Sénégal ?

Je suis aussi dans un autre groupe WhatsApp avec des membres de ma famille au Sénégal. Ce groupe est comme le journal télévisé. On y prend des nouvelles et on donne des nouvelles aussi, par exemple pour annoncer le mariage de quelqu’un ou la naissance d’un enfant.

Quel impact a eu le confinement sur ta vie psychologique ?

Je ne vis pas mal le confinement, contrairement à ma fille qui trouve que c’est déprimant. Moi, je travaille toujours donc je ne me sens pas enfermée chez moi.

Qu’est-ce que tu déplores concrètement dans ce confinement ?

La fermeture des auto-écoles. J’étais en train de finir mes heures de conduite et j’allais prendre une date pour passer mon examen en novembre. Je ne comprends pas pourquoi les auto-écoles ferment alors que nous ne sommes que deux dans la voiture et que nous respectons les gestes barrière. Ce n’est pas normal.

Pourquoi ?

Quelle différence y a‑t-il entre quelqu’un qui passe l’examen du permis et quelqu’un qui prend des heures de cours ? Dans ce cas, il fallait interdire les examens du permis aussi. Pour le code, je comprends puisque ça peut se faire à distance, mais pas la conduite. La fermeture des auto-écoles me mettra en retard. Car si on ne conduit pas pendant un mois, on oublie tout.

Et à part le permis ?

Mes enfants ont pris un peu de retard scolaire à cause du dernier confinement, mais ils commencent à rattraper.

Finalement, qu’est-ce que tu trouves de positif dans ce confinement ?

Bah pas grand-chose. J’espère juste que ce confinement permettra de nous débarrasser de cette maladie.

Qu’est-ce qui change selon toi entre ce second confinement et le premier ?

Ce confinement est très différent du premier. Tout le monde est dehors. L’autre confinement, c’était un vrai confinement, mais celui-là, je trouve qu’il n’y a pas assez de contrôle et donc tout le monde circule comme il veut.

Comment est-ce que ce confinement va impacter ta vie juste après le confinement ?

C’est plus comme avant. Les gens ne sont plus libres déjà. Tout le monde a peur même pour aller quelque part. Se déplacer, c’est devenu tout un problème. Cette année a été très nulle. J’ai eu l’impression de n’avoir rien accompli. J’espère au moins avoir le permis d’ici la fin de l’année. Comme ça plus tard, lorsque je penserai 2020 je ne verrai pas que le côté négatif.

Comment est-ce que tu vois ta vie future plus loin après le confinement ?

Le futur ? Mais je ne suis pas voyante. Comment je peux savoir ? (rires)

Imagine.

Je pense – non – j’espère, que la vie reprendra son cours et redeviendra comme avant. Je rêve trop peut-être. Mais en tout cas, le nombre de cas de Covid diminue pour que les gens redeviennent libres.

Est-ce que tu suis l’actualité ?

Bien sûr ! Tous les jours.

Qu’est-ce que tu penses de l’arrivée du vaccin et serais-tu prête à te faire vacciner ?

Je suis contente qu’ils aient trouvé un vaccin en aussi peu de temps. Ça fait avancer les choses. Sinon je n’ai pas trop envie de me faire vacciner, mais si c’est nécessaire pourquoi pas…

Propos recueillis par Kandia Dramé

Partager sur :

Infos de l'auteur

Avatar