Sans internet depuis plus d’un mois : « ça change complètement le quotidien »

0

Depuis le 6 octobre, un bâtiment d’Orly Parc I à la Verrière (78) est coupé du monde. Leur accès Internet a été interrompu suite à la rupture d’un câble de l’opérateur historique Orange.

Aïssatou, une quadragénaire active, est dépitée par cette coupure mais elle a fini par s’y résigner. « Ça change complètement le quotidien. J’en ai marre mais je fais avec, je n’ai pas le choix » explique-t-elle dépitée. Ce qui l’ennuie le plus c’est de ne pas pouvoir communiquer avec sa famille à l’étranger. « D’habitude, je parle avec ma famille grâce à Messenger. Maintenant, si je veux les avoir, il faut que je dépasse mon forfait. C’est compliqué. Même eux au début étaient inquiets de ne pas pouvoir m’avoir. » Cette situation pèse sur Aïssatou pour qui Internet permet de garder un lien avec son pays natal. Le week-end, son passe-temps favori est de se détendre en regardant ses émissions sur les chaînes africaines. « La télévision est mon seul plaisir après avoir travaillé dur toute la semaine. Tous les matins, je me lève tôt et je me couche tôt. Je ne regarde la télévision que le week-end. Je ne peux même plus suivre mes documentaires et mes séries. Je passe mon temps à zapper. » Aïssatou capte les chaînes de la TNT, mais les programmes ne sont pas à son goût. Son mari aussi est excédé. Fan de foot, il doit se rendre chez son beau-frère pour suivre ses matchs.

Leur voisine, Jeanne, maman de trois enfants est tout aussi embêtée. « Cette coupure a tout chamboulé. » Récemment, les bâtiments d’Orly Parc I ont été équipés d’interphones. Connectés au téléphone maison des habitants ils n’ont qu’à appuyer sur une touche pour ouvrir. Mais en l’absence de téléphone, impossible de savoir lorsque quelqu’un est à la porte. Pas de code d’entrée non plus. « Mes amis m’appellent sur le portable et je descends pour les faire entrer. Une de mes voisines n’a pas de téléphone portable, je ne sais pas comment elle fait. » Un autre problème rencontrée par cette maman est les devoirs des enfants. Les deux plus jeunes sont au collège et utilisent Pronote. Une plateforme en ligne permettant de communiquer avec l’établissement. On y trouve les notes des enfants, leurs retards et surtout les devoirs à faire. « J’ai dû changer le forfait de mes enfants pour qu’ils puissent avoir accès à Internet avec leurs portables. Ils ne pouvaient pas aller sur Pronote ou envoyer de mails à leurs professeurs. »

Madi, un jeune étudiant en Master d’informatique, a le même problème que les enfants de Jeanne. Il a été contraint de souscrire à la fibre d’un autre opérateur pour faire ses devoirs. Celle-ci étant amenée via un canal différent de celui de l’opérateur historique. « Le soir, je ne pouvais plus faire les projets demandés par l’école. J’ai été obligé de changer toute la configuration de mon PC et même comme ça j’ai pris beaucoup de retard dans ma deadline. » Madi rognait donc sur ses pauses à l’école pour utiliser le réseau de son établissement et s’avancer dans son travail. « Je devais tout faire à l’école avec leur connexion, mais ce n’était plus vivable, alors j’ai pris la fibre. Le pire c’est que je suis en alternance et le vendredi je fais du télétravail. Je ne pouvais pas continuer à faire du partage de connexion avec mon portable. » En un mois, il a usé toute son enveloppe 4G et s’est retrouvé avec un débit réduit.

Difficile de vivre sans Internet, la seule solution trouvée par de nombreux habitants de cet immeuble a été de souscrire à de nouveaux forfaits ou à la fibre. Tous espèrent que les travaux qui débuteront le 19 novembre et qui prendront fin un mois plus tard les reconnectera avec le monde.

Cindy Massoteau

Partager sur :

Infos de l'auteur

Cindy Massoteau

Salut à tous, moi c’est Cindy, « Dyce » ou « le soleil de la marmite » pour les intimes. Et oui, je suis chroniqueuse à Marmite.FM. J’adore le théâtre et le ciné, j’ai d’ailleurs un blog relatant ces passions : CSTV.fr. Côté étude, j’ai un master d’histoire et une licence d’anglais.